MÉDECINE

MÉDECINE

PENDANT des millénaires, la médecine s’est efforcée de répondre aux besoins et aux angoisses de l’homme malade.

Elle s’est appuyée longtemps sur des pratiques magiques, sur des systèmes philosophiques ou métaphysiques avant de trouver dans le rationalisme scientifique le fil d’Ariane qui devait conduire, dans les cent cinquante années qui viennent de s’écouler, à des progrès gigantesques et décisifs. Ils concernent la rénovation totale des procédés de diagnostic et la multiplication des moyens efficaces de traitement.

Parmi les nombreuses conséquences d’un développement aussi rapide, l’approfondissement des connaissances et le perfectionnement des techniques ont abouti au démembrement de la médecine dite «générale» au profit de spécialités de plus en plus étroites, tandis que les activités du praticien, du chercheur et de l’enseignant – longtemps confondus en un même personnage – tendaient à se dissocier. De nouvelles activités médicales ou paramédicales ont vu le jour dans les domaines de la médecine préventive, collective, professionnelle, sociale ou de contrôle. La collaboration de nombreux auxiliaires techniques et d’un personnel infirmier ou de laboratoire hautement qualifié est devenue indispensable; elle constitue de nos jours un des principaux rouages du dispositif sanitaire. À l’hôpital de jadis se sont substitués d’imposants centres de traitement, de recherche et d’enseignement dont le financement pose des problèmes économiques d’une ampleur considérable.

Tandis que des aperçus inattendus d’ordre clinique, biologique, épidémiologique ou thérapeutique s’ouvrent à la faveur de la statistique médicale bien conçue et judicieusement interprétée, l’informatique contribue largement à l’emploi de nouveaux moyens techniques d’exploitation. Une littérature scientifique spécialisée d’une extrême abondance et de fructueuses réunions internationales assurent l’instruction et la mise au courant du médecin face à des acquisitions quotidiennes de plus en plus nombreuses. L’hygiène publique s’en inspire largement et s’exprime, en définitive, par une législation rationnelle. Les organismes d’assistance, de prévention, de dépistage, de recherche et de documentation se multiplient.

La médecine n’en devient que plus ambitieuse: sa tâche n’est plus seulement de guérir ou de soulager les individus; elle s’étend à la préservation du meilleur état possible de bien-être physique et moral au sein des collectivités. En contrepartie, l’extraordinaire enrichissement des connaissances et des possibilités n’a pas été sans modifier profondément les conditions d’exercice de la profession. L’éthique médicale elle-même subit les contrecoups du progrès scientifique et des exigences sociales comme en témoigne la question si aiguë des responsabilités médicales.

Cependant, les bienfaits qu’apportera encore le progrès médical deviendront de plus en plus éclatants: le chemin à parcourir reste vaste et les possibilités d’action sont prometteuses, si l’on en juge par le passé.

médecine [ med(ə)sin ] n. f.
• 1135 var. medicine; lat. medicina, de medicus « médecin »
IVx ou région. Médicament, remède oral. Prendre une médecine. Une médecine de cheval. drogue. II(XIIIe-XIVe)
1Science, ensemble de techniques et de pratiques qui a pour objet la conservation et le rétablissement de la santé; art de prévenir et de soigner les maladies de l'homme. De la médecine. médical. Faire des études de médecine. Faculté de médecine. Étudiant en médecine. externe, interne; carabin. Docteur en médecine. médecin. Agrégé de médecine. Sciences fondamentales de la médecine. anatomie, biochimie , biologie, cytologie, histologie, microbiologie, pathologie, pharmacologie, physiologie. Médecine préventive ( antisepsie, asepsie, diététique, hygiène, prophylaxie) , curative ( thérapeutique; 1. cure, médicament, traitement; -thérapie) . Médecine opératoire. chirurgie. Médecine mentale. psychiatrie; psychanalyse. Médecine générale, qui s'occupe de l'ensemble de l'organisme, en dehors de toute spécialisation ( généraliste) . Médecine interne. Médecine infantile, qui traite les maladies des enfants. ⇒ pédiatrie. Médecine de la femme enceinte. obstétrique. Médecine des maladies de la femme. gynécologie. Médecine de la vieillesse. gériatrie. Médecine des accidents ( traumatologie) , des épidémies ( épidémiologie) . Médecine de catastrophe. Médecine tropicale. Médecine du sport. Médecine scolaire. Médecine du travail, qui s'occupe des maladies, blessures, infirmités d'origine professionnelle. — Médecine sociale, qui concerne la pratique des lois sociales (dispensaires d'hygiène, pouponnières, sécurité sociale et du travail). — Médecine légale : branche de la médecine (exercée par les médecins légistes) ayant spécialement pour objet d'aider la justice pénale ou civile à découvrir la vérité ( médicolégal) . — Médecine libérale. Médecine militaire. Par anal. Médecine vétérinaire.
Technique médicale particulière. Médecine allopathique, homéopathique, pasteurienne, psychosomatique. Médecines alternatives, douces, naturelles, parallèles (acupuncture, auriculothérapie, homéopathie, ostéopathie, phytothérapie, etc.). Médecine clinique, expérimentale, prédictive. Médecine praticienne. Médecine de ville. Médecine de groupe, pratiquée par des médecins associés en un seul cabinet.
2Études préparant au diplôme de docteur en médecine. Faire sa médecine. Deuxième année de médecine.
3Profession du médecin. Pratiquer la médecine. Exercice illégal de la médecine ( 2. marron) .

médecine nom féminin (latin medicina) Ensemble des connaissances scientifiques et des moyens de tous ordres mis en œuvre pour la prévention, la guérison ou le soulagement des maladies, blessures ou infirmités. ● médecine (citations) nom féminin (latin medicina) René Descartes La Haye, aujourd'hui Descartes, Indre-et-Loire, 1596-Stockholm 1650 S'il est possible de trouver quelque moyen qui rende communément les hommes plus sages et plus habiles qu'ils n'ont été jusques ici, je crois que c'est dans la médecine qu'on doit le chercher. Discours de la méthode Paul Henri Thiry, baron d'Holbach Edesheim, Palatinat, 1723-Paris 1789 Si l'on consultait l'expérience au lieu du préjugé, la médecine fournirait à la morale la clef du cœur humain, et en guérissant le corps, elle serait aussi assurée de guérir l'esprit. Système de la nature Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755 Ce n'est pas les médecins qui nous manquent, mais la médecine. Mes pensées Massimo Bontempelli Côme 1878-Rome 1960 La médecine est une opinion. La medicina è un'opinione. La Donna del Nadir, 41 William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les sirops narcotiques du monde ne te rendront jamais par médecine ce doux sommeil que tu avais hier. … nor poppy, nor mandragora, Nor all the drowsy syrups of the world, Shall ever medicine thee to that sweet sleep Which thou owedst yesterday. Othello, III, 3, Iagomédecine (difficultés) nom féminin (latin medicina) Emploi Médecine n'est plus employé au sens de « médicament », sauf par plaisanterie, dans certaines phrases ou tournures semi-figées : je déteste l'eau gazeuse, je bois ça comme une médecine.médecine (expressions) nom féminin (latin medicina) Interne en médecine, étudiant en médecine qui se spécialise après plusieurs années d'études, le plus souvent après avoir passé un concours, en exerçant dans un centre hospitalo-universitaire ou un centre hospitalier. Médecine de catastrophe, organisation des secours et des soins lors d'accidents collectifs où le nombre des victimes dépasse les capacités habituelles des services concernés. Médecine interne, branche de la médecine hospitalière qui embrasse l'ensemble des maladies. Médecine nucléaire, spécialité médicale utilisant l'administration d'éléments radioactifs à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Médecine prédictive, partie de la médecine qui s'attache à rechercher les risques génétiques que présente un individu d'être victime au cours de son existence d'une maladie. Médecine du sport, branche de la médecine regroupant la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies liées au sport ainsi que les conseils et les mesures destinés au maintien et à l'amélioration de la condition physique des sportifs de tous âges et de tous niveaux.

médecine
n. f.
d1./d Science des maladies et art de les guérir. Médecine générale. Médecine préventive. Doctorat en médecine.
Médecine interne, qui s'occupe de l'ensemble de l'organisme et de la pathologie.
Médecine sociale, destinée à prévenir ou à combattre les effets nocifs de certains facteurs sociaux.
Médecine du travail, concernant les accidents ou maladies dus à l'activité professionnelle.
Médecine traditionnelle: ensemble des connaissances et des pratiques des guérisseurs.
|| études de médecine. Faire sa médecine.
d2./d Système médical; mode de traitement. Médecine psychosomatique.
Médecines naturelles: ensemble des modes de traitement (acupuncture, homéopathie, phytothérapie, mésothérapie, etc.) qui font appel aux défenses naturelles de l'organisme en cherchant à les renforcer, sans pour autant s'appliquer aux affections majeures.
d3./d Profession, pratique du médecin. Exercice illégal de la médecine.

⇒MÉDECINE, subst. fém.
A. — Science qui a pour objet l'étude, le traitement, la prévention des maladies; art de mettre, de maintenir ou de rétablir un être vivant dans les meilleures conditions de santé. La médecine vaut mieux pour les hommes que les sacrements (...) le médecin qui s'expose à la mort pour procurer à ses semblables le salut du corps est supérieur au prêtre qui confère le salut de l'âme (RENAN, Drames philos., Eau jouvence, 1881, II, 1, p.460). L'expérience d'un médecin est merveilleusement riche, mais toujours trouble et ambiguë. (...) ceux qui seraient le mieux placés pour faire avancer la science ne possèdent à la fin qu'un art mélangé de savoir et de sorcellerie. C'est pourquoi la médecine (...) ne peut avancer que par les travaux de ceux qui ne pratiquent point (ALAIN, Propos, 1924, p.580). Si la médecine veut bien (...) devenir enfin une médecine humaine au lieu d'errer, sous prétexte de réalisme, entre la cuisine et la boucherie, de couper après avoir intoxiqué, elle doit hiérarchiser toutes ses connaissances organiques et physico-chimiques dans les perspectives de l'homme total (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.224). V. aussi docte C ex. de Faral et empirisme ex. 1:
1. La médecine a été diversement définie (...). Suivant Hérophile, la médecine est la science des choses qui sont bonnes à la santé, ou qui lui nuisent ou qui sont indifférentes. C'est l'art de conserver la santé présente, dit Galien, et de rétablir celle qui est altérée (...). Pinel (...) a donné la définition suivante: une maladie étant donnée, trouver sa place dans un cadre nosologique (...). On voit donc que la physiologie, la pathologie et la thérapeutique renferment toutes les données des problèmes que le médecin est appelé à résoudre.
Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p.132.
SYNT. Médecine actuelle, ancienne, antique, contemporaine, moderne; académie, chaire, cours, école, études, faculté, professeur, société, système de médecine; enseignement de la médecine; connaître, étudier la médecine.
Loc. à valeur adj. De médecine. Qui traite de sujets propres à la médecine. Ouvrage, revue, thèse de médecine. Le médecin, qui craignait ces crises, avait mis un signet, dans un livre de médecine (...) à la page où elles sont décrites et où il nous avait dit de nous reporter pour trouver l'indication des premiers soins à donner (PROUST, Swann, 1913, p.122). On a pu écrire les traités de médecine. (...) les traités, décrivant des entités pathologiques, contiennent seulement une partie des connaissances nécessaires à celui qui soigne des malades (...). Il faut aussi qu'il distingue clairement l'être humain malade, décrit dans les livres médicaux, du malade concret en face duquel il se trouve (CARREL, L'Homme, 1935, p.298).
[La médecine dans ses objets d'étude ou ses modes d'organisation]
Médecine + adj. de relation. Médecine dentaire, géographique, libérale, militaire, néonatale, périnatale, vétérinaire.
Médecine aérospatiale. Branche de la médecine qui s'occupe des problèmes de santé soulevés par les voyages spatiaux. Au Centre d'Essais en vol et au laboratoire de médecine aérospatiale de Brétigny (Téléguide, 16 juin 1981, p.34).
Médecine générale. Un certificat délivré par un médecin de médecine générale assermenté (Encyclop. éduc., 1960, p.365).
Médecine globale. Médecine qui, se référant à une conception pseudophilosophique, s'adresse à «l'homme entier» qu'elle considère comme une union indissoluble entre un corps et un esprit (d'apr. J.-Ch. SOURNIA, fiche CLIF, févr. 1977 ds Clé Mots). Des médecins et un «patron», professeur de médecine «générale», admettent que ce dernier terme a vieilli et se trouve délaissé, au profit d'abord de «médecine globale», expression assez peu utilisée, sinon par les syndicats médicaux, — et surtout de «médecine interne», terminologie adoptée officiellement par le Ministère de l'Éducation depuis une quinzaine d'années (Télé-Langage (ORTF), 15 déc. 1976, n°81 ds Clé Mots).
Médecine infantile. Synon. de pédiatrie. (Dict. XXe s.).
Médecine interne. ,,Médecine qui a pour objet les phénomènes pathologiques qui atteignent l'organisme dans son ensemble au-delà de l'altération de telle ou telle de ses fonctions. La «médecine interne», bien qu'elle ait toujours existé, est une spécialité récente, officiellement reconnue par l'ordre des médecins depuis deux à trois ans et qui groupe environ six cents médecins français`` (Le Monde, 3 oct. 1973 ds Clé Mots).
Médecine légale. Branche de la médecine qui a pour objet d'éclairer la justice (notamment par des expertises en cas de sévices ou de morts suspectes). Le professeur de médecine légale chargé de faire l'autopsie de tous les gens qui, sur la voie publique, meurent de mort violente — crime, suicide ou accident — (NOCARD, Tubercul. bovine, 1903, p.1). Évaluer un dommage corporel après un accident, un traumatisme, une névrose, (...) un diabète post-traumatique, la perte d'une partie ou de la totalité de l'acuité auditive ou visuelle, (...) l'identification de victimes au cours de grandes catastrophes sont les principaux cas qui relèvent de la médecine légale et mettent en relief le rôle du médecin dans les affaires judiciaires (Télé 7 jours, 30 mai 1980, p.86).
Médecine mentale. Synon. de psychiatrie. V. médecin ex. de Nizan.
Médecine opératoire. Branche de la médecine qui a pour objet les opérations chirurgicales. Il est de règle en médecine opératoire, lorsqu'on veut faire une incision cruciale, de la pratiquer en trois temps pour éviter le froncement de la peau (Journ. de méd. et de chir. pratiques, 1834, p.217).
Médecine préventive. Branche de la médecine qui s'efforce de déterminer et de favoriser les conditions d'épanouissement de la santé et, secondairement, de dépister précocement les modifications, les altérations de cette santé. La médecine préventive est l'étude et l'application des moyens médicaux destinés à protéger la santé (R. SAND, La Méd. soc., 1950, p.227).
Médecine psychosomatique. Branche de la médecine qui a pour objet les rapports entre troubles physiques et facteurs psychiques. Paroles d'Alexander, fondateur de la médecine psychosomatique, sur les influences émotionnelles (AMADOU, Parapsychol., 1954, p.255).
Médecine scolaire. ,,Organisation médicale ayant pour objectif principal d'assurer la surveillance médicale et la prophylaxie des maladies chez les enfants depuis leur entrée dans les classes maternelles jusqu'à la fin de leurs études (...). La médecine scolaire est exercée par des médecins contractuels plein temps en province`` (LAFON 1963 et 1969).
Médecine sociale. Branche de la médecine qui s'occupe des rapports entre les conditions économiques, sociales et la santé. La médecine sociale appliquée ou pratique recherche les moyens individuels ou collectifs propres à éviter ou à combattre l'action des facteurs sociaux défavorables (R. SAND, La Méd. soc., 1950, p.6).
Médecine sportive. Branche de la médecine qui a pour objet la physiologie, la pathologie du travail musculaire intense et la prévention des troubles que celui-ci pourrait faire apparaître chez des sujets non entraînés. La médecine sportive acquiert actuellement des lettres de grande noblesse. Cette médecine peut être considérée comme constituée de trois branches: physiologie sportive, pathologie sportive et contrôle médical (J. MASSON, Allocution au IXe Congrès internat. de Méd. sportive, 1952, p.15).
Médecine + prép. + subst.
Médecine d'équipe. ,,Réunion de médecins de disciplines différentes, créant une maison médicale polyvalente`` (BARR. 1974).
Médecine de groupe. Médecine exercée par plusieurs praticiens d'une même discipline, ayant mis en commun locaux et matériel. Le conseil de l'ordre (...) a été impuissant devant une certaine dégradation de la qualité de la médecine générale. On peut même affirmer qu'il y a contribué en freinant les tentatives faites dans l'amélioration (...) des conditions d'exercice en s'opposant, il y a quelques années, au développement de la médecine de groupe (Le Monde, 3 déc. 1975, p.21, col.3, 4).
Médecine de ville. Médecine exercée en dehors de l'hôpital, en milieu urbain. Tout concourt aujourd'hui à élargir le champ de la médecine de ville et à faire du praticien, autant qu'un technicien de la santé, un conseiller de vie (Le Monde, 2 mai 1979, p.10, col. 6).
Médecine du travail. Branche de la médecine qui a notamment pour objet la détection et la prévention des maladies professionnelles, la surveillance des conditions de travail dans les entreprises. La Médecine du travail a pour but de promouvoir et de maintenir le plus haut degré de bien-être physique, mental et social des travailleurs dans toutes les professions, de prévenir tout dommage contre la santé de ceux-ci, de les protéger dans leur emploi, de placer et de maintenir le travailleur dans un emploi convenant à ses aptitudes physiologiques et psychologiques (Comité de l'O.M.S. et Office Internat. du Travail, 1950, art. 10).
Loc. En médecine. V. docteur ex. 7, médecin ex. 2. Docteur en médecine. V. docteur ex.9. Doctorat en médecine. V. doctorat A ex. de Encyclop. éduc.
B. — 1. Mode de traitement ou de prévention des maladies. Médecine allopathique, homéopathique. Baglivi reconnaissait que d'une ville à l'autre, on est forcé souvent de varier ses moyens de curation, et qu'il n'y a pas plus de médecine universelle pour tous les climats, que pour toutes les maladies (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t.2, 1808, p.195). Le vieux Paré préconisait la médecine des sachets, ordonnait à ses clients de porter des médicaments secs et pulvérisés dans un petit sac dont la forme variait, suivant la nature des maladies (HUYSMANS, Là-bas, t.1, 1891, p.160):
2. ... personne ne doutera sans doute, que les progrès dans la médecine conservatrice, l'usage d'aliments et de logements plus sains, une manière de vivre qui développerait les forces par l'exercice, sans les détruire par des excès; qu'enfin, la destruction des deux causes les plus actives de dégradation, la misère et la trop grande richesse, ne doivent prolonger, pour les hommes, la durée de la vie commune, leur assurer une santé plus constante, une constitution plus robuste.
CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, p.236.
[Avec déterm.]
Médecine + adj.
Médecine chinoise. C'est à hauteur des reins qu'il réalise son vide, à la place même où l'acupuncture chinoise diffuse les engorgements du rein. Puisque la médecine chinoise ne procède que par vide et par plein (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p.162).
Médecine douce/officielle. Cette autre médecine existe (...) on l'appelle médecine douce parce que, à la différence des traitements d'urgence que privilégie la médecine officielle, elle veut aller dans le sens de ce que le corps réclame (Le Nouvel Observateur, 7 avr. 1980).
Médecine expérimentale. Médecine qui, par des moyens artificiels, s'occupe de la genèse des maladies ou de leur guérison. La médecine d'observation ne pouvant suffire dans la pratique au médecin (...) la médecine est devenue par la force des choses médecine expérimentale, c'est-à-dire qu'au lieu de se borner à la simple expectation, les médecins ont employé des remèdes plus ou moins actifs pour modifier le cours de la maladie ou pour l'enrayer (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p.4).
Médecine nucléaire. Médecine employant les isotopes radioactifs comme moyen de diagnostic ou de traitement. L'hôpital américain offre de nombreux services (...) dont certains sont à la pointe de la médecine actuelle: (...) médecine nucléaire, physiothérapie (Le Monde, 3 mars 1976, p.20, col.2).
Médecine physique. Pratique thérapeutique s'exerçant essentiellement par des moyens physiques (massages, gymnastique, etc.). Nul ne songerait plus à nier les bienfaits de la médecine physique et de la rééducation (...). Faut-il pour autant que cette «médecine physique» soit toujours pratiquée par les médecins eux-mêmes? Et ne serait-il pas préférable que les kinésithérapeutes se voient reconnaître, et par leur formation et par leur statut, le rôle d'indispensables auxiliaires (Le Monde, 17 déc. 1975, p.16, col.2, 3).
Médecine traditionnelle empirique. La médecine empirique admet nécessairement la tradition en médecine ou la médecine traditionnelle, parce qu'en effet dès qu'on ne cherche pas à comprendre ce qu'on fait, la tradition suffit (...). Mais la tradition a toujours été l'opposé de la science en médecine comme ailleurs (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p.75).
Médecine + prép. + subst.
Médecine de pointe. Médecine qui utilise les techniques les plus modernes, les plus élaborées. [Les] dérivés plasmatiques (...) sont recherchés essentiellement par la médecine de pointe (traitement des grands brûlés, incompatibilités foeto-maternelles [...]) (Le Monde, 2 août 1978, p.9, col.3).
Médecine des signatures (vx):
3. ... le docteur, lisant un vieux livre de médecine du XVe siècle, fut très frappé par une médication, dite «médecine des signatures». Pour guérir un organe malade, il suffisait de prendre à un mouton ou à un boeuf le même organe sain, de le faire bouillir, puis d'en faire avaler le bouillon. La théorie était de réparer par le semblable...
ZOLA, Dr Pascal, 1893, p.41.
2. P. méton., vieilli. Remède, médicament oral; en partic., purge. Médecine douce, forte; médecine de cheval; la médecine agit, opère. Une apothicairerie qui fournit des drogues, des médecines et des cordiaux (CRÈVECOEUR, Voyage, t.3, 1801, p.232). Si vous ne connaissez pas la cause du mal, comment voulez-vous le guérir? (...) j'ordonne une médecine sans savoir comment elle purge (JOUY, Hermite, t.5, 1814, p.5). [Je] suis décidée à n'avoir plus d'autre médecin que le bon sens et d'autre médecine que le lait d'ânesse (Mme DE CHATEAUBRIAND, Mém. et lettres, 1847, p.225).
Prendre (une, des) médecine(s). Argan, qui a pris médecine, interrompt plusieurs fois le dialogue pour aller à la garde-robe (LÉAUTAUD, Théâtre M. Boissard, t.1, 1926, p.171).
3. P. métaph.
a) Chose ou personne qui remédie à des souffrances morales, qui réconforte, aide. Je lui ai donné pour médecine morale et physique un mari très tendre (MICHELET, Journal, 1849, p.49). Si les chagrins sur la terre, Triste ronde vont menant (...) lève ton verre, Et bois-le (...) Contre iceux c'est médecine, C'est bonne drogue et cuisine (MUSELLI, Strophes Contre-Fort., 1931, p.81). V. consolament ex., s.v. consolation.
Vx. Porter médecine. Être d'un grand secours. Ce vin porta bien médecine (POURRAT, Gaspard, 1925, p.190).
Expr. proverbiale. L'argent comptant porte médecine. (Dict. XIXe s.).
Spécialement
ALCHIM. Médecine universelle, médecine des trois règnes. Pierre philosophale. Guérir était l'objectif du Grand Œuvre, qui s'appliquait à la Médecine universelle. Or, la panacée portant remède à toutes les maladies intellectuelles, morales et physiques résidait dans la Pierre philosophale, préparation qu'il ne faut pas chercher en dehors de l'homme lui-même (O. WIRTH, Le Symbolisme hermétique, Paris, Dervy-Livres, 1969, p.108).
Arg. Conseil. Veux-tu que je te donne une médecine (...). Prends de l'air en passant devant les sondeurs (SUE, Myst. Paris, t.2, 1842, p.321). Ce document (...) qui est intitulé: Médecines pour les sinves, c'est-à-dire conseils aux gens naïfs (PAILLET, Voleurs et volés, 1855, p.90).
b) Chose désagréable mais qui peut produire des effets bénéfiques. La prison était un lieu favorable où le condamné faisait (...) une pénitence perpétuelle. Insensé celui qui, refusant d'y entrer (...) rejetait cette médecine salutaire! (A. FRANCE, J. d'Arc, t.2, 1908, p.372). La fuite? Le conseil classique? La vieille ordonnance de médecine morale (...). S'il fallait souffrir, autant le faire devant elle (MALÈGUE, Augustin, t.2, 1933, p.77). On vous instruit à ce qu'il y a de plus élégant (...) dans l'immense trésor de notre littérature (...). N'y voyez pas une vile matière de programmes, une dose amère de médecine pour examens (VALÉRY, Variété V, 1938, p.154).
Avaler la médecine. Accepter à contre-coeur une chose pénible, prendre son parti (de quelque chose). Synon. avaler la pilule (v. avaler1). Pyat a lancé un article foudroyant [contre Janin] (...). Janin se l'est attiré par son feuilleton indécent (...). Nous ne savons comment l'enfant gâté [Janin] avalera cette médecine (SAINTE-BEUVE, Corresp., t.5, 1844, p.417).
Expr. proverbiale. Il ne faut pas prendre la médecine en plusieurs verres. Il faut faire sur-le-champ une chose ennuyeuse qu'on ne peut éviter. (Dict. XIXe et XXe s.).
C. P. méton.
1. Études de médecine. Faire sa médecine. Je quittai la salle des examens avec un certain désir de faire ma médecine. Ce désir, à la vérité, n'était pas assez ferme pour me pousser à entreprendre des études longues et difficiles (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.435).
2. Exercice de la médecine, profession de médecin. Pratiquer la médecine. V. docteur II B 1 ex. de Cl. Bernard:
4. ... il n'exerçait sa profession que pour quelques amis et pour les indigents. Sa médecine n'était que de l'amitié ou de la charité en action. Cette profession est si belle, quand elle n'est pas cupide, elle exerce tant la sensibilité humaine qu'en commençant comme une profession elle finit souvent comme une vertu. La médecine était devenue pour le pauvre docteur Alain plus qu'une vertu, la passion de soulager les misères de l'âme et du corps.
LAMART., Raphaël, 1849, p.296.
Exercice illégal de la médecine. V. exercice B 2.
3. Ensemble des médecins, corps médical. Comme hommes, je puis les estimer et les considérer, mais, comme plénipotentiaires d'Esculape, je ne crois pas en eux (...). Une fois ou l'autre, il faut passer, soi ou les siens, par l'omnipotence de la médecine, comme par les mains de la mort (AMIEL, Journal, 1866, p.346). La médecine a la surprise de constater que le microbe attaqué de front par les vaccins et les sérums leur oppose des obstacles inattendus (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.308). La médecine, à renier toute particularité d'accoutrement, perd un peu de son prestige et, nécessairement, de son efficacité, erreur que la magistrature n'est pas encore près de commettre (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p.81).
Rem. Médecine est utilisé parfois en mot composé homme-médecine, pour désigner un guérisseur, un sorcier. Il ressemble à un homme-médecine (...) avec sa robe de tuyaux rouges et bruns (MORAND, New-York, 1930, p.86). Chez les Esquimaux, c'est [le tambourin] l'emblème de l'homme-médecine; celui-ci bat du tambourin lorsqu'il appelle les esprits-gardiens qui l'aideront dans ses guérisons et prophéties (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.229). Mais nous autres, pas d'hommes-médecine pour nous faciliter les choses (NIZAN, Conspir., 1938, p.245).
REM. Médiquer, verbe trans., péj., rare. Synon. de médeciner (infra dér.). Soigner le malade, le lever, le changer, le médiquer (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p.193).
Prononc. et Orth.:[], [-]. V. médecin. Ac. 1694, 1718: medecine; 1740: medecine en vedette, médecine dans le texte; dep. 1762: médecine. Étymol. et Hist. 1. a) 1121-34 medicine «médicament, remède» (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, 1141); 1165-70 medecine (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide, 5762 ds T.-L.); b) 1656 fig. «chose désagréable« (PASCAL, Pensées, § 978 ds Œuvres, éd. L. Lafuma, 1963, p.636); 2. a) 1314 «science qui a pour objet la conservation et le rétablissement de la santé» (HENRI DE MONDEVILLE, Chirurgie, éd. A. Bos, t.1, §15, p.5); b) ) 1690 médecine de cheval, v. cheval; ) 1764 médecine légale (Encyclop. t.8, s.v. imposture); ) 1798 médecine vétérinaire (Ac.); ) 1950 médecine du travail (Comité de l'O.M.S., loc. cit.). Empr. au lat. medicina «art de guérir; remède, potion», fém. subst. de l'adj. medicinus «de médecin». Médecine a évincé l'anc. subst. mecine «remède» (ca 1050, Alexis, éd. Chr. Storey, 522), forme pop. du lat. medicina. Fréq. abs. littér.: 2 333. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 2 053, b) 9 994; XXe s.: a) 1 512, b) 1 905.
DÉR. Médeciner, médiciner, verbe trans., péj. Donner des médicaments à quelqu'un. Zéphirine avait amené son factotum à faire l'homme de petite santé: elle le ouatait, l'embéguinait, le médicinait (BALZAC, Illus. perdues, 1837, p.90). Emploi abs. Traiter avec des médicaments. Le meilleur médecin est celui qui Médecine le moins (MERCIER Néol. Suppl. 1801). P. métaph. [Rosny au roi de Navarre:] les Parisiens sont à bout. Point de faute, s'il vous plaît, il est plus facile de médiciner que de curer (ESPARBÈS, Roi, 1901, p.327). Médeciner: [], [-], (il) médecine [], [-]. V. médecin. Ac. 1694, 1718: me-; 1740: me- en vedette, mé- dans le texte; dep. 1762: mé-. Médiciner: [medisine], (il) médicine [medisin]. 1res attest. a) 1155 «traiter, soigner, guérir» (WACE, Brut, 7841 ds T.-L.), b) 1580 medeciner «id.» en mauvaise part (MONTAIGNE, Essais, II, XII, éd. P. Villey, V.-L. Saulnier, p.491); de médecine (anciennement medicine d'où mediciner, 1155, WACE, Brut, 8265 ds T.-L.); dés. -er. Aussi meciner «traiter, soigner» (1176, CHRÉTIEN DE TROYES, Cligès, éd. A. Micha, 644), de mecine, forme pop. de médecine.
BBG. —QUEM. DDL t.8, 12, 17 (s.v. médeciner), 18, 23 (s.v. méd-op).

médecine [mɛdsin] n. f.
ÉTYM. V. 1135; medicine, v. 1119; lat. medicina, de medicus « médecin ».
———
I
1 (1314). Science, ensemble de techniques et de pratiques qui a pour objet la conservation et le rétablissement de la santé; art de prévenir et de soigner les maladies de l'homme.
1 Conserver la santé et guérir les maladies : tel est le problème que la médecine a posé dès son origine et dont elle poursuit encore la solution scientifique.
Cl. Bernard, Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, Introd.
De la médecine. Médical. || Sciences utilisées par la médecine. Anatomie, biologie, microbiologie. || Étudier la médecine (→ Faveur, cit. 6). || Faire des études (cit. 24) de médecine. || Étudiant en médecine ( Externe, internat, interne [cit. 1]; fam. carabin). || Docteur en médecine. Médecin. || Agrégation, cours, thèse de médecine. || Académie, école, faculté de médecine.Croire à la médecine (→ Établir, cit. 45). || Cas étudiés, faits observés en médecine (→ Indéterminé, cit. 4). || Termes, dictionnaire de médecine.Acte, pratique de médecine courante, ou de petite chirurgie. Injection, pansement, piqûre, vaccination. || Procédés d'examen utilisés en médecine. Auscultation, exploration, mensuration, palpation, percussion; suff. -graphie, -scopie. || Lutte de la médecine contre la douleur. Analgésie, anesthésie. || Instruments de médecine. suff. -graphe, -mètre, -scope. || Parties fondamentales de la médecine. Histologie, nosographie, pathologie, pharmacologie, physiologie, sémiologie, symptomatologie. || Médecine préventive ( Antisepsie, asepsie, diététique, hygiène, prophylaxie), curative ( Thérapeutique; cure, traitement; médicament, remède; suff. -thérapie). || Médecine opératoire. Chirurgie.Branches, spécialités de la médecine, selon les objets d'études (organes, fonctions, maladies). suff. -iatrie, -logie. || Médecine mentale ( Psychiatrie; psychanalyse).Médecine infantile ( Pédiatrie; puériculture). || Médecine générale, qui s'occupe de l'ensemble de l'organisme, en dehors de toute spécialisation. Généraliste. || Être soigné dans le service de médecine générale d'un hôpital, et, ellipt, en médecine générale. || Médecine interne, s'intéressant aux phénomènes pathologiques qui atteignent l'organisme dans son ensemble au-delà de l'altération de telle ou telle fonction. || Médecine de la femme enceinte. Obstétrique. || Médecine des maladies de la femme. Gynécologie. || Médecine dentaire. Odontologie. || Médecine de la vieillesse. Gériatrie. || Médecine des accidents ( Traumatologie), des épidémies ( Épidémiologie).Médecine d'intervention, d'urgence. Fam. (non techn.). || Médecine de catastrophe : médecine exercée dans des circonstances de catastrophe (tremblements de terre, inondations, etc.) avec des méthodes visant à l'efficacité immédiate.Médecine du travail, qui s'occupe des maladies, blessures, infirmités d'origine professionnelle.(1950). Spécialt. || Médecine sociale, qui concerne la pratique des lois sociales (dispensaires d'hygiène, pouponnières, sécurité sociale et du travail…).Médecine légale (exercée par les médecins légistes) : « branche de la médecine ayant spécialement pour objet d'aider la justice pénale ou civile à découvrir la vérité » (Capitant). || Examen, expertise du ressort de la médecine légale. Médico-légal.
2 Lorsqu'un médecin vous parle d'aider, de secourir, de soulager la nature, de lui ôter ce qui lui nuit et lui donner ce qui lui manque, de la rétablir et de la remettre dans une pleine facilité de ses fonctions; lorsqu'il vous parle de rectifier le sang, de tempérer les entrailles et le cerveau, de dégonfler la rate, de raccommoder la poitrine, de réparer le foie, de fortifier le cœur, de rétablir et conserver la chaleur naturelle, et d'avoir des secrets pour étendre la vie à de longues années : il vous dit justement le roman de la médecine.
Molière, le Malade imaginaire, III, 3.
3 Mais la médecine est encore dans les ténèbres de l'empirisme, et elle subit les conséquences de son état arriéré. On la voit encore plus ou moins mêlée à la religion et au surnaturel. Le merveilleux et la superstition y jouent un grand rôle. Les sorciers, les somnambules, les guérisseurs, en vertu d'un don du ciel, sont écoutés à l'égal des médecins.
Cl. Bernard, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, I, II.
4 En vérité, la médecine doit être à la fois réaliste et nominaliste. Il faut qu'elle étudie l'individu aussi bien que la maladie.
Alexis Carrel, l'Homme, cet inconnu, VII, IV.
5 Pourquoi avoir été choisir la médecine ? La voie la plus longue. Et la grossièreté des internes, même des médecins, des chefs de clinique, cette vulgarité spéciale qu'il avait commencé à connaître dès le P. C. N., cet argot fait de mots scientifiques et d'une petite dégueulasserie de salle de garde, la vie des salles de garde (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XII.
(1798). Par anal. || Médecine vétérinaire.
(Qualifié). Technique médicale particulière. || Médecine allopathique ( Allopathie), empirique (cit. 1 et 4), hippocratique, homéopathique ( Homéopathie), pasteurienne, psychosomatique ( Galénisme, humorisme). || Médecine traditionnelle et médecine moderne (en Afrique, en Chine…). || Médecine orientale (acupuncture, etc.). || Médecine clinique, expérimentale (cit. 1, Cl. Bernard). || Médecine nucléaire.(1980). || Médecines douces, alternatives.
6 (…) ce clinicien remarquable, qui s'attachait à défendre la médecine traditionnelle (…)
Henri Mondor, Pasteur, IX.
7 Cette médecine (la médecine clinique) comporte trois opérations essentielles : le diagnostic, le pronostic et le traitement.
G. Duhamel, Chronique des saisons amères, I, XXIV.
Méthode particulière de traitement. || Médecine agissante, expectante (cit. 2). Expectation.
Médecine de groupe, pratiquée par des médecins associés en un seul cabinet. Cabinet (de groupe).
tableau Noms de sciences et d'activités à caractère scientifique.
2 (1715). Profession du médecin (→ Honorer, cit. 28). || Docteur (cit. 6) qui exerce (cit. 35) illégalement la médecine ( 2. Marron). || Expérience (cit. 39) acquise par l'exercice de la médecine.
8 Nul ne peut exercer la médecine en France s'il n'est muni d'un diplôme de docteur en médecine, délivré par le gouvernement français à la suite d'examens subis devant un établissement d'enseignement supérieur médical de l'État (…)
Loi du 30 nov. 1892, art. 1er.
Par ext. Corps des médecins (→ Accoutrement, cit. 3; 2. efficace, cit. 4).
3 Études de médecine. || Faire sa médecine.
———
II (V. 1119).
1 Vx ou régional. Médicament, remède administré par voie orale. Drogue. || Une bonne médecine fortifiante (→ Indigène, cit. 2).(1690). Fam. || Médecine de cheval (cit. 35).Spécialt. Remède purgatif (→ Expulser, cit. 7).Vx. || Prendre médecine : se purger (→ Aller, cit. 15).
9 Par médecine on peut l'homme tuer (…)
Clément Marot, Épîtres, XIV.
10 Quand on se porte bien, on admire comment on pourrait faire si on était malade; quand on l'est, on prend médecine gaîment (…)
Pascal, Pensées, II, 109.
11 (Elle) avait fait avaler à sa maîtresse une bouteille d'encre double, au lieu d'une médecine que j'avais prescrite.
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Le bonheur dans le crime », p. 181.
2 (1656). Par compar., métaphore ou fig. Vieilli. Chose déplaisante, rebutante (par allus. au goût souvent désagréable des potions). || Avaler (cit. 18) qqch. comme une médecine. — ☑ Avaler la médecine : prendre son parti d'une chose, s'y résigner. Pilule.
DÉR. et COMP. Médecin, médeciner. Biomédecine. — (Du même rad.) Médical, médicament, médicateur, médication, médicinal, médico-légal.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Medecine — Médecine Pédiatre examinant un bébé La médecine (provenant de l adjectif latin medicus, se traduisant par « qui guérit ») est la science dont l objet est à la fois l étude de l organisation du corps humain (anatomie), de son… …   Wikipédia en Français

  • medecine — Medecine. s. f. L Art qui enseigne les moyens de conserver la santé & de guerir les maladies. La Medecine est un Art conjectural. estudier en Medecine. il sçait bien la Medecine. Docteur en Medecine. la Faculté de Medecine. les Escoles de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • médeciné — médeciné, ée (mé de si né, née) part. passé de médeciner. Médeciné à tort et à travers …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • médecine — MÉDECINE: S en moquer quand on se porte bien …   Dictionnaire des idées reçues

  • Médecine — Pédiatre examinant un bébé La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l art) étudiant l organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à restaurer la… …   Wikipédia en Français

  • médecine — (mé de si n ) s. f. 1°   Art qui a pour but la conservation de la santé et la guérison des maladies, et qui repose sur la science des maladies ou pathologie. Faire, pratiquer la médecine. La faculté de médecine. Étudiant en médecine. Docteur en… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MÉDECINE — s. f. L art qui enseigne les moyens de conserver la santé, et de traiter les maladies. La médecine est un art conjectural. Étudier en médecine. Il sait bien la médecine. Docteur, étudiant en médecine. La faculté, les écoles de médecine. Des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MÉDECINE — n. f. Science des maladies et art de les guérir. Faire sa médecine. Docteur, étudiant en médecine. La Faculté, les écoles de médecine. Des livres, des thèses de médecine. Pratiquer, exercer la médecine. Il se dit quelquefois pour Système médical …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • medecine — noun medicine; remedy; medical treatment of some form …   Wiktionary

  • médecine — nf. MÈDSINA, mèdèssèna (Chambéry) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.